Bienvenue chez ABR Americas

7 améliorations ESSENTIELLES et à votre portée grâce aux techniques de renforcement des fascias

Partie 3

Répertoire Multi-Dimensionnel de mouvements

vs Dimension mono-bloc et mouvements robotiques 

 

Quand je demande aux parents quels sont leurs objectifs, ils répondent simplement : ‘Nous aimerions qu’il (elle) puisse attraper des objets’ ou  ‘Nous aimerions qu’il(elle) soit capable de ramper’, etc.

Ceci démontre bien la tendance des parents à sous-estimer l’importance de chaque pièce du casse-tête qu’ils essaient de construire.

Car il faut comprendre que tout mouvement nécessite la présence préalable de caractéristiques mécaniques bien précises.

 

Je vous propose de faire quelques tests simples avec votre enfant:

 

Couchez-le(la) sur le dos sur une table ou un banc.

  1. Placez votre main derrière sa tête et levez-la de ​​​​​​​sorte à ce que son menton touche son thorax. 

Observez ce qui se passe. Les épaules se détachent du sol? Lever sa tête entraîne dans le mouvement ses épaules, voire même une partie de son tronc? Ses fascias sont faibles et donc votre enfant ne possède pas une segmentation adéquate entre sa tête et son troncc.

 

Toujours dans la même position,

  1.  Attrapez un bras et  croisez-le à travers son thorax. 

Que se passe-t-il?  La tête, et même dans certains cas, le reste du corps  sont impliqués dans le mouvement?  Qu’est-ce que cela veut dire?  Ses fascias sont faibles et donc votre enfant ne possède pas une segmentation (division) adéquate entre ses bras et son tronc.

 

Toujours dans la même position,

  1.  Attrapez une jambe au niveau de la cheville et levez-la à 90 degrés sans plier le genou.
  2. Qu’est-ce qui se passe?  L’autre jambe et même le bassin quittent le sol?  Cela  signifie encore que les fascias sont faibles et donc que votre enfant manque aussi de segmentation (division) entre la colonne lombaire,le bassin et les jambes.

 

Autrement dit, votre enfant bouge en un seul bloc.

Tenter de l’entraîner à quelque mouvement que ce soit sans créer au préalable une segmentation adéquate entre la tête et la ceinture scapulaire (omoplates, clavicules et sternum-1);  entre les bras et le tronc (2),puis entre les jambes et le bassin (3) …s’avère une initiative pour le moins très limitée en terme de possibilité et mène au mieux à ce que l’on appelle des mouvements robotiques unidimensionnels.

 

Pourquoi en est-il ainsi? 

 

Nos tissus conjonctifs, lorsqu’ils ont un tonus solide, sont responsables de la transmission des forces, permettent à chaque muscle de se contracter de façon organisée et aux mouvements de s’effectuer de façon sélective.

Chez les enfants atteints de paralysie cérébrale, ces tissus profonds sont faibles et ne jouent plus leur rôle correctement.  C’est la raison pour laquelle il est essentiel de restaurer leur tonus avant de penser à  quelque amélioration motrice que ce soit.

Chez les individus ordinaires, vous, par exemple, pouvez observer que votre  tête est segmentée de votre thorax (ce qui  vous permet de tourner la tête sur les côtés sans bouger les épaules), votre cavité thoracique est segmentée de votre cavité abdominale (ce qui vous permet de tourner le haut de votre corps vers la droite ou la gauche sans bouger votre bassin), vos jambes bougent indépendamment l’une de l’autre et indépendamment de votre bassin(ce qui vous permet de marcher avec équilibre).

Vous bénéficiez de ce que l’on appelle un répertoire multi-dimensionnel de mouvements.

Heureusement, il est possible de renforcer les tissus conjonctifs chez les enfants atteints de paralysie cérébrale par une technique facile à apprendre appelée stimulation trans-fasciale visco-élastique. À mesure que les tissus se renforcent, l’enfant développe des mouvements plus sélectifs, plus fluides et plus contrôlés.

Une fois ce renforcement réalisé, l’entraînement prend tout son sens, alors que l’enfant cérébrolésé n’est plus emprisonné dans une structure mono-bloc.

Sauter les étapes ne mène nulle part.  On pourrait comparer cette situation à construire une maison en faisant fi des fondations.  Si les fondations (tissus conjonctifs) sont chambranlantes, les étages supérieurs ne pourront jamais être très solides…

 

La prochaine fois, je parlerai de Mise en charge sans effort vs avec un effort volontaire excessif

Soyez-y!

 

 

 

Laisser un commentaire