Bienvenue chez ABR Americas

‘Performer’… à tout prix!

Sitôt que le diagnostic de leur enfant tombe, les parents commencent à se faire du souci pour son avenir. ‘Marchera-il?’ ou ‘Mon enfant pourra-t-il parler?’ sont naturellement les premières questions qui leur viennent à esprit. Par contre, quand ils réalisent la sévérité de la situation, leurs espoirs se font plus modestes :’Mon enfant sera-t-il capable de se nourrir seul?’ ‘Arrivera-t-il à tenir sa tête droite?’’ ‘Pourra-t-il, un jour, s’assoeir…communiquer?’ Même si les attentes diminuent, elles sont toujours orientées vers la performance…ce qui est normal. D’ailleurs, dès le début, toutes les échelles d’évaluation de développement des enfants sont reliées aux habiletés fonctionnelles: échelles de motricité, éveil, parole, etc.

Aussi légitimes ces préoccupations soient-elles, elles ne devraient pas nous détourner de questions encore plus importantes comme: “MON ENFANT SERA-T-IL HEUREUX DANS LA VIE?” “Pourrons-nous, en tant que famille, développer une relation épanouissante avec lui?” “Que devons-nous faire pour nous en assurer?” “Quelles sont les priorités? Marcher…ou surmonter les problèmes respiratoires, les rhumes récurrents et les pneumonies? Parler…ou le débarrasser de ses pénibles problèmes de reflux? Ramper…ou digérer normalement et assurer un transit intestinal régulier? Rouler…ou lui assurer un sommeil réparateur ou une énergie débordante tous les matins?”

Vous commencez à comprendre où je veux en venir? Est-ce que poser la question n’en fournit pas déjà la réponse? Sachons-le, les fonctions vitales des enfants atteints de paralysie cérébrale sont fréquemment compromises : ils doivent vivre avec un système respiratoire et digestif défaillants : de simples rhumes tournent rapidement en problèmes respiratoires majeurs; ils ont souvent de la difficulté à manger suivi par un transit intestinal paresseux; leurs cycles de sommeil sont souvent perturbés, car ce sont des enfants extrêmement sensibles au moindre toucher. Et la liste continue… Et comme l’information sensorielle est souvent confuse, apprendre par expérience comme leurs pairs en santé devient pour eux un véritable défi. Autrement dit, le tissu même de leur ÊTRE est sévèrement compromis.

Faites un simple test: visualisez vous à la place de votre enfant. Chaque jour de votre vie, vos poumons sont congestionnés par du mucus; vous souffrez de reflux sévère et n’êtes pas allé à la toilette depuis 3 jours; vous ne vous souvenez pas avoir eu une bonne nuit entière de sommeil, et vous vous sentez misérable…pourtant, vos parents à qui on a dit qu’un entraînement régulier et une bonne stimulation sont les secrets de votre “performance”, vous encouragent à donner votre 100% : “Tiens ta tête droite!” “Assieds-toi droit!” “Mets ta jambe devrant l’autre!” “Tiens bien la marchette!” “Écoute la musique!” “Souris!” “Regarde la vidéo!” “Rampe!” “Lève, lève, lève!” “Allez, tu peux y arriver!!!”

Est-ce que cela vous paraît familier? Est-ce que cela vous semble LOGIQUE? Votre quête du paradis se transforme souvent en enfer pour votre enfant. Regardons-y d’un peu plus près…Quelles sont les priorités?

ABR possède une approche beaucoup plus pacifique de la réhabilitation. Notre priorité n’est pas mise l’entraînement, mais sur l’amélioraton de la structure musculosquelettique si indispensable à l’amélioration de toute fonction motrice. Mais, ce qu’il y a de formidable à travailler au niveau des fascias, c’est qu’en même temps que vous construisez une structure solide, vous renforcez les fibres qui entourent et inter-pénètrent les poumons de votre enfant, son œsophage, son estomac, ses intestins, ses nerfs, etc…Votre enfant se met à respirer, digérer, dormir mieux. Il peut maintenant entamer les activités de la journée avec plus d’énergie. Sa vie devient plus agréable et il s’ouvre à son environnement….il s’ouvre à vous…! Il commence à s’épanouir devant vos yeux!

ABR ne permet pas seulement une meilleure PERFORMANCE, ABR permet un meilleur “ÊTRE”. Trop d’approches s’entêtent à amener à tout prix votre enfant à “VOTRE” réalité, en faisant sans tenir compte de la SIENNE.

Ne vous méprenez pas! Le bonheur N’EST PAS directement proportionnel à la ‘PERFORMANCE’ de votre enfant. Il est proportionnel, d’abord et avant tout, au fait d’être reconnu et traité comme un ÊTRE humain. Renforcer ses fascias conduira inéluctablement à une meilleure ‘PERFORMANCE’, mais construira simultanément un individu robuste, en santé, énergique et heureux qui développera une relation épanouissante avec vous, ses parents, ses frères et sœurs et le monde qui l’entoure.

ABR laisse les enfants être des enfants… des enfants HEUREUX!

Laisser un commentaire